Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Première partie de notre long périple qui nous a emmenés depuis la Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Pour vous abonner à ma chaîne Youtube, c’est par ICI

Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Aujourd’hui, la suite des généralités de notre voyage que je vous avais présenté ICI.

Après une nuit de repos à Windohek (bien méritée !) un petit tour de ville s’impose. Ville récente, pas grand chose à voir, mais nous ne sommes pas venus pour la ville ! Il faut bien avoir « vu » au minimum l’église, au moins l’extérieur !!! LOL ! Faire quelques courses, quand on a choisi la formule camping-car. Une longue route nous attend jusqu’à Betesda à 300 km de là

Petite parenthèse avant de continuer : Windohek s’écrit aussi Windhoek et se prononce Windouk. C’est une ancienne colonie allemande, ne l’oublions pas.

En Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Avant Solitaire, Betesda est une étape sympa. Les propriétaires nous emmènent dans le désert juste avant le coucher du soleil. Et nous sortent les verres et le vin sud-africain pour une pause, admiration du coucher de soleil. Trop bien.

De Betesda, il faut bifurquer à l’Ouest pour le désert puis Swakopumd et Walvis Bay.

A Sossuvlei, une étape rafraîchissante au magnifique Lodge du coin. Pour un repas de midi, ou un verre, un petit paradis surgit au milieu des sables. Une piscine ronde, de l’ombre et un décor magnifique. Bon, on n’ y a pris qu’un repas, hein… C’est du haut de gamme, mais royalement placé :

A 2 mn à pied de la rivière Sesriem, 5 km du Canyon Sesriem et à côté du Parc Namib Naukluft. Ca a un coût !!!

Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Le parc Namib Naukluft est le plus grand d’Afrique (4ème au monde). C’est le plus vieux désert, avec plus de 55 000 ans. Il est remarquable par ses dunes hautes, pour certaines, de 450 m . Bien évidemment nous avons grimpé sur la 45 ! Elle doit sa numérotation au fait qu’elle se trouve à 45 km de Sosriem…Remarquez le bleu incroyable du ciel !

namibie de windohek à chobe au botswana

Si je l’ai bien montée sur mes jambes (on s’enfonce pas mal), je l’ai redescendue sur les fesses, retour en enfance !

namibie de windohek à chobe au botswana

C’est dans ce désert que se trouve la « Dead Vlei » ou vallée de la mort. Paysage désertique au possible, il peut y faire 45° en journée et geler la nuit.

namibie de windohek à chobe au botswana

 

C’est dans les parages que l’on passe le Tropique du Capricorne.

Les surprises et les curiosités ne manquent pas en Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Rencontre avec ce phénomène qu’est la Welwitschia Mirabilis, sur la route menant de Solitaire à Swakopmund. Cette honorable vieille dame est une curiosité botanique, unique au monde. Le Namib est son seul domaine. Elle est parfois âgée de 1500 ans ! Rien que ça ! Autre particularité, elle est fécondée par une punaise. Nous avons eu la chance de voir la bestiole, en action, si je puis dire …

namibie de windohek à chobe au botswana

Incroyable, non ????

Je vous ai fait une petite vidéo, car ce phénomène mérite un spot particulier.

(Soyez indulgent. Pour une meilleure vision, mettez la vidéo en format « plein écran ». Comme vous voyez, j’ai d’horribles bandes noires de chaque côté de mes images… J’ai trouvé l’outil pour les enlever… Mais mon logiciel de vidéo ne prend pas le nouveau format dont elles se sont équipées au passage… J’ai passé quelques prises de tête sur le bazar… Je vais laisser passer l’orage… demain sera un autre jour.)


Une autre particularité de cet endroit ce sont ces nids :

namibie de windohek à chobe au botswana

 

Construits par des milliers d’oiseaux, de type tisserands. Certains peuvent peser des centaines de kilos. Incroyable, non ? Le problème est qu’en saison de pluie, les nids deviennent tellement lourds qu’il arrive qu’ils tombent !

 

 

Direction Walvis Bay

Arrivée au Protea Hotel à Pelican Bay, juste avant le commencement des plus belles couleurs de fin de journée.

Cette baie porte bien son nom : les pélicans y sont majestueux

Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Namibie de Windohek à Chobe au Botswana Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

 

 

Rencontre avec le peuple Himba

Ce voyage Namibie de Windohek à Chobe au Botswana, est, je vous l’avais déjà dit, un de mes plus beaux souvenirs. Après les tumultes de leur histoire, voilà un pays qui sait vivre aujourd’hui en harmonie avec toutes ses composantes.

« Himba » signifie « mendiant », ce qui est une insulte non méritée pour ce peuple particulier, malmené par l’histoire. Tribu bantoue, originaire du Nil, les Himbas sont arrivés avec les Hereros. A l’inverse de ceux-ci, ils se sont préservés des missionnaires et ont voulu conserver leur culture. Pasteurs et propriétaires de grands troupeaux, la sécheresse et les guerres les ont obligés à chasser et cueillir. C’est ce qui leur a valu le mépris des autres tribus. Navigant entre Angola et Namibie, au gré des conflits, ils sont en majorité installés dans la forêt de Kaoko.

Les Himbas, réputés pour leur passion de la beauté corporelle

Ils teignent leur peau avec une crème composée de graisse animale et d’hématite. Cette crème les protège du soleil, de la sécheresse de l’air et des insectes.

Avec des traditions spécifiques de l’Afrique australe, disparues ailleurs, leur patience leur permet de survivre à tous leurs maux.

Solenn Bardet, géographe et écrivain français, oeuvre au sein d’une association. « KOVAHIMBA, a été co-créée avec une chef de tribu himba. Katjaimbia Tjambiru, mère adoptive de Solenn, est très active dans cette association, pour le respect de leur culture.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire « Pieds nus sur la terre rouge » Robert Laffont, prix du livre d’aventure à Dijon en 1998. Encore aujourd’hui, c’est le livre référence sur le peuple Himba.

Faites donc un tour sur son site, à la rencontre d’une femme d’exception.

Nous avons eu la chance à Pontcharra, en 2008, de voir « La Piste ». Sous le charme.

namibie de windohek à chobe au botswana

namibie de windohek à chobe au botswana namibie de windohek à chobe au botswana

 

Balade en bateau avec Nick, le capitaine qui parle aux otaries

Encore une petite vidéo, de même qualité ! Quand je regarderai ce blog dans un an, je pourrai mesurer le chemin parcouru et les progrès que j’aurai accomplis !! Si, si , c’est ma coach qui m’a dit ça… Je dois la croire !

namibie de windohek à chobe au botswana

Continuons notre route vers le Nord

A l’arrêt essence nous avons rencontré d’imposantes femmes Hereros. La curiosité étant plus forte que la timidité, nous avons engagé la conversation.

 

Donc ici, et de façon très surprenante de la part des Hereros, les femmes sont facilement identifiables à leurs habits. Elles s’habillent comme les allemandes du début du siècle dernier, voir fin du XIXème. Et sur leur tête, en tissu assorti, elles forment un couvre-chef très particulier. Pour montrer leur attachement au troupeau de vaches, leur richesse retrouvée, elles se font des cornes.namibie de windohek à chobe au botswananamibie de windohek à chobe au botswana

Priscilla est une très belle femme, traditionnelle… avec le mobile dans la main. Paradoxe du choc des cultures.

Un mot (non un long paragraphe) sur l’Histoire sanglante des Hereros

Hitler n’a rien inventé, il avait son mentor en Afrique Australe. A la tête de la colonie, un certain  Lothar Von Trotha, de sinistre mémoire, a fait un travail similaire en Namibie. Le peuple Herero a été décimé par cet être impitoyable . Suite à la révolte armée du 12 janvier 1904, ils n’étaient plus que 15 000 sur 80 000 à la fin du conflit, en 1907. Puits empoisonnés, travaux forcés, camps de concentration, ont eu raison de ce peuple farouche. Il demandait juste la libre circulation et le droit de posséder du bétail….

En 1989, la Namibie accède à l’indépendance, enfin ! (A partir de 1945, la Namibie était sous contrôle Sud-africain . D’un oppresseur à un autre….). A l’opposé de ses voisins, la Namibie a choisi de garder « ses coloniaux ». Ce sont 20 à 25 000 germanophones qui vivent aujourd’hui dans ce pays multiracial, en bonne intelligence avec les peuples d’origine. On leur dit bravo, effaçons le passé et vivons ensemble la grande aventure humaine, sans haine et sans besoin de vengeance.

Aujourd’hui le peuple Herero relève la tête

Et réclame des dommages et intérêts à l’Allemagne pour les massacres du début du XXème siècle.Mais, si celle-ci a demandé pardon en 2004, il n’est pas question de donner les 4 milliards réclamés, en considération des 12 millions d’euros / an alloués à la Namibie.

Actuellement, 320 000 personnes de ce peuple fier vivent en Afrique du Sud-Ouest, dont 164 000 en Namibie.

Au-delà d’une frontière artificielle : Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Tout près de là, contrôle sanitaire pour continuer notre route. Nous désinfectons nos semelles dans une sorte de liquide épais qui me fait plutôt penser à du goudron… Les roues des voitures n’y échappent pas non plus !

Interdiction pour les éleveurs de vendre leur viande d’une zone à l’autre. Interdiction aussi d’exporter… Pas facile de se contenter d’un marché très localisé !

namibie de windohek à chobe au botswana

Et c’est dans cette région que nous arrivons dans un village, musée-vivant de traditions.

Au lieu de dizaines de photos, je vous ai fait un montage diaporama. Comme je vous le disais ICI  mon appareil numérique m’a lâchée juste quand les danseurs arrivaient. Je voulais faire une vraie vidéo… Ben non ! Vous aurez toujours les bandes noires…

 

L’espiègle qui menait la danse avec force gestes évocateurs, nous a ensuite emmenés dans le village à côté, où tout le monde vit aujourd’hui. C’était vraiment très convivial. Ils fabriquent des vanneries d’une grande finesse.

Nous approchons d’Etosha et nous passons la nuit chez un couple de jeunes qui vit dans une immense ferme avec animaux sauvages. Pas de lions, hein… Mais des autruches, des pintades, quelques koudous…. Alors quand je dis « immense » c’est vraiment immense. Et entouré.

Nous avons mangé du koudou au barbecue. Pas de leur élevage, ils aiment trop leurs bêtes. Du marché. Moment magique, le feu de bois le soir, on se réchauffe…

Le lendemain Etosha

Pour moi Namibie de Windohek à Chobe au Botswana, c’était évidemment un safari exceptionnel à Etosha. J’ai été un peu déçue. Nous avons vu beaucoup d’animaux, mais pas de félins. Je sais… c’est la loterie.

C’est toujours très tôt, ou au contraire quand le soleil décline, et aux points d’eau, que l’on peut observer le plus d’animaux. C’est fascinant. Un rituel, c’est chacun son tour, par espèce.

La girafe est particulièrement vulnérable quand elle boit. Elle est obligée d’écarter les pattes dans une position, pas très élégante, d’ailleurs. Si un lion arrive, elle aura beaucoup de mal à se redresser avant qu’il ne soit sur elle.

namibie de windohek à chobe au botswana

Comme vous pouvez voir, il y a deux girafes qui surveillent et une qui boit, dans cette position si inconfortable. La girafe préfèrera se passer de boire, si elle ne se sent pas en sécurité.

Etosha, ce sont aussi de grands troupeaux de gazelles de toutes races :

namibie de windohek à chobe au botswana

Des buffles, des singes, des diks diks et plein de petits mammifères vivant sur le qui-vive.

En route pour la suite de l’aventure Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

Le générateur du Divava Okavango ayant brûlé… nous nous retrouvons au camp Ngepi. Youpee ! absolument génial. Une cabane aux murs de paille, complètement ouverte sur la rivière. Une terrasse de planches pour admirer le coucher de soleil. La nuit, faut juste tirer des stores en paille…

namibie de windohek à chobe au botswana

 

 

 

 

 

namibie de windohek à chobe au botswana

 

 

 

Le coin salle de bains, très intime, et la chambre ouverte à tout vent…

La rivière à côté, couchers de soleil de rêve assurés ! J’adore !

 

Et nous voilà partis pour un monde aquatique, balade en barque au milieu de marécages avec un guide rigolo qui nous a appris à jouer les James Bond. Ou comment respirer sous l’eau avec une plante trouvée sur place.

C’est ici que j’ai réussi une belle photo de roller. Sans téléobjectif, je suis assez contente.

namibie de windohek à chobe au botswana

Namibie de Windohek à Chobe au Botswana, nous y voilà !

Pas grand changement en passant la frontière, les gens sont assez identiques. Peut-être un peu moins de blancs aux « commandes ». Safari en 4X4, pas plus de félins qu’à Etosha. En revanche, nous avons pique-niqué avec nappe blanche, près d’un énorme baobab.

Et enfin le bateau sur la rivière Chobe en fin de journée. Là ce sont les troupeaux d’éléphants et les familles d’hippopotames hors de l’eau.

namibie de windohek à chobe au botswana

 

namibie de windohek à chobe au botswana

Nous terminerons cette étape, Namibie de Windohek à Chobe au Botswana, sur un beau coucher de soleil . Je vous dis à vendredi pour la suite et fin de ce périple.

namibie de windohek à chobe au botswana

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette fois, l’article sera consacré au Zimbabwe, terme de notre voyage. Les chutes Victoria, une balade avec les lions et un petit poème.

Vous avez aimé ce billet ? Likez, partagez, commentez !!!! Ce blog ne peut exister sans votre participation. D’avance, je vous dis merci. Et comme je deviens une solliciteuse… s’abonner à ma chaîne Youtube c’est par ICI !!!!

N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour ne rater aucun billet de ce blog voyage et recevoir votre e-book gratuit.

Ce que vous trouverez dans cet e-book

1) Comment bien choisir sa destination

2) la langue du voyageur

3) le bagage à emporter a) comment le choisir

b) son contenu (toilette, 1ers soins, vêtements…)

c) les équipements

4) la sécurité en voyage

5) les types de transports

En préparation : un tuto pour réaliser vous-même votre pochette passeport

Namibie de windhoek à Chobe au botswana

A vendredi !

 

4 thoughts on “Namibie de Windohek à Chobe au Botswana

  1. super intéressant ….donc si il y a des défauts techniques on ne les voit pas captivés par les images et le texte qui va avec ,c’est beau et bien illustré avec des anecdotes sympas et drôles…. on attend la suite vendredi merci Mireille pour ce partage
    Sylvie

    1. Bonsoir Béatrice. Oui j’ai eu beaucoup de chance. Mais tu sais j’ai beaucoup voyagé en Afrique, je suis dingue d’Afrique ! 8 fois au Kénya… Tanzanie, Afrique du Sud; Gabon, Congo, Burundi, Rwanda… partout où il y a des bêtes ! J’ai accompagné pour Nouvelles Frontières pendant 10 ans, mais j’ai beaucoup voyagé aussi avec mes jumeaux depuis 23 ans !!! Ils ne me lâchent pas les baskets !!!
      Merci d’être passée par là . Belle nuit. A bientôt Mireille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *